Research & Correspondence

 

 

3 rue Séguier 75006 Paris
7 September 1983

Mr Norman Judd
103 Old MilÎ Road Westmere
Auckland 2
New Zealand

Dear Mr Judd,

CAMPBELL ISLAND : FRENCH EXPEDITION Of 1874

Thank you for your letter. I was pleased to hear from you directly because I found your Project very interesting to work on. I have just.come back from holiday and am ready to begin work again.

The first task is of course to arrange microfilming of the Bouquet de la Grye dossier in Carton 3 for the Turnbull.

Dr Hoare has requested only the items I listed in my report, not the whole carton, but you will soon see what interests you among the 29 items to be copied.

The photographic portraits of Bouquet de la Grye and Filhol should be easy to copy from a technical point of view but there may be reproduction rights to be arranged. It would probably only be a question of specifying what you wanted to use them for and whether you intended to make a profit out of their sale. There is no dossier on Courrejolles at the Academy because he wasn't a member, but I may be able to turn up a photo elsewhere if you really wanted one.

No, there was never any plan for a Campbell Island mission in 1882. I noted the description because it was a bit out of place among material for the later mission.

Your query about Duris/Douris has intrigued me a bit. I had transcribed several manuscript lists that were among the papers in the Academy and when I came across Douris I assumed it was a variation in the spelling. Manuscript names are difficult to transcribe accurately and there are often variations or mistakes though, admittedly the vowel opposition u/ou is important in French. There are in fact at least three lists, one which notes occupations, one with Christian names and another with surnames only of those persons to receive the medal. The first list has :

DURIS ouvrier mécanicien (garage hand)
and later DOURVER timonier (helmsman)

The same names, in a different order, appear on the list of persons to receive the commemorative medal, with the exception of Duris  and a man named Hamet. The interesting and puzzling thing is that in the third list (with Christian names and included in the report) the order is the same as the medal list and Douris Louis Désiré appears in the place that Dourver should have occupied. I will check this list again to see if I have simply misread the word, and if you wish I will comb all the documents very carefully to see if I can find any proof. There seems to be no problem about his job - Ouvrier mécanicien - though exactly what his function in the mission was may be a little trickier. I could certainly try to find out more about him and may be lucky, though it is of course much harder to trace small fry than the officers. The naval archives might well have a record of his death.

Thank you for you cheque for $103.57 NZ. There Should be no difficulty getting your copy of the medal struck and sent to you.

If you would like me to work for you, I would charge ypu 70 French francs an hour at the exchange rate at the beginning-of the work. At the moment the New Zealand equivalent is roughly five francs to the dollar so my rate is $14 NZ an hour for the time actually spent in research. There is no charge for the time spent travelling to or from institutions. However, because of the open-ended nature of all research work, I think it is more convenient to work for a specified time (ten hours for example) at the end of which I will furnish a preliminary or progress report and wait for further instructions.

I am of course busy, but one of the things I am busy doing iS work of this nature which I enjoy very much, so don't hesitate to ask me if you would like me to continue.

Yours sincerely

Isabel Ollivier

 

 

 

CAMPBELL ISLAND : .FRENCH EXPEDITION OF 1874

Preliminary Research Report

 

 

institutions visited :
Archives de l'Académie des Sciences
Muséum National d'Histoire Naturelle
La Monnaie de France

Time spent : 12 hours

Charge : unsolicited preliminary research - none.

Results Expressed as replies to the questions posed by Mr Judd

1. Are There any copies or records which show the medallion?

Yes the Académie des Sciences has a copy of the medallion .
from which I have made a rubbing. It shows the sun in his chariot drawn by four horses, turning his head to look at Venus, while a woman symbolizing the Sciences looks on. The medallion was designed and engraved by the engraver Alphée Dubois and was struck at the Monnaie de France.
Enquiries at the Monnaie show that the mould still exists and they will permit one copy to be struck, in bronze, which could be sent directly to Mr Judd at a cost of 64,75 -FF (free of tax) plus postage, that is approximately $NZ 13.
In Carton 1 of the set 'Passage de Vénus' in the Archives de l'Académie des Sciences, there is a list of the persons to receive the commemorative medallion, struck in bronze with or without an inscription.

2. Could you please check your records for a detailed description of the site of the grave of Mr Duris?

I have so far found nothing at all concerning the grave-site.
The death of Mr Duris is noted in a letter (see item 14, carton 3, dossier : M. Bouquet de la Grye) but that Paragraph is crossed out in pencil and is therefore not published in the Comptes-rendus with the rest of the letter (LXXIX p 1482-86).
The site of the village (Kervénus) on the other hand is well documented : the pencil and ink sketches of the village and of its plan and a description of the buildings and their function .
Are to be found in Carton 3, Dossier de Bouquet de la Grye, items 14, 15 and 16. These items were published (LXXIX p 1482-86).
Carton 4 contains large scale plans for the type of prefabricated huts to be used for the various missions and dismantled afterwards.

3.Reports from Meetings of the Academy of Science Conference

I have checked out and read the references included in Mr Judd's letter and have supplemented his list with others which may be of interest to him. In addition, I have checked the folders of manuscript material wich correspond to the meetings. The Comptes Rendus are perhaps available in a New Zealand library.

 LXXVIII 29 june 1874. Pp 1796-1806
Report on the state of preparations for the expdeditions charged by the Academie to go and observe the transit of Venus. Delivred by M. Dumas, president of the commission for the transit of Venus. 

LXXIX 21 december 1874. Pp 1482-1486
Installation of the Campbell Island mission. Letter writen by Bouquet de la Grye to Mr Dumas, dated Campbell Island , 18 october 1874.
Followed by a brief remark in which Mr Milne Edwards states that he has received a letter from Mr Henri Filhol dated Campbell Island, 14 October 1874 and containing some information about the work carried out by that naturalist

LXXX 15 February 1875. @o 438
Telegram sent to Dumas from San Francisco

LXXX 8 March 1875. p 583
Bouquet de la Grye is on his way back to Paris.

LXXX, 15 March 1875. p 637
Proposal for a commemorative medallion by Mr Oudinet.

LXXX 22 March 1875 pp 721-23
Vote of thanks proposed by .Mr Dumas. Reply from Mr Bouquet de la Grye, followed by h@-s report on the scientific documents brought back by the Campbell Island mission. (This report corresponds to the manuscript written by Bouquet de la Grye to the Minister of Public instruction, dated Dunedin, 6 January 1875 : item 28, Carton 3, Dossier: Bouquet de la Grye).

LXXXI 20 December 1875 pp 1240-1243' Memoir on the chloruration of seawater, by Mr Bouquet de la Grye.

LXXXL 29 November 1875 p 1024
Mr Milne Edwards announces the return of Henri Filhol to Paris and gives some details of places visited by him.

LXXXII 17 January 1876 pp 202-205
Geology of Campbell Island, report by H. Filhol. The manuscript of this report is in the folder for the session.

LXXXVI 18 March 1878 pp 702-703
Marine molluscs of Stewart Island, by H. Filhol. The manuscript in the folder sets the information out in a table, entitled : Catalogue des mollusques de l'Ile Stewart, du détroit de Cook, d'Auckland, de l'Ile Campbell, de l'Ile Chatham, des Iles Auckland. It gives an indication of the localities where the same species can be found in fossil form in New Zealand.

XCL 27 December 1880 pp 1094-1097
Marine molluscs living on the shores of Campbell Island. Report by Filhol. Reference to a report published in the Nouvelles Archives du Muséum, 2e série T.III D 233 which contains descriptions and plates.

4. What were the names and occupations of the men selected for the expedition and why were they chosen?

The names and occupations of the men selected are included
in Carton 1. I have included the list with this report. The reasons for their selection are more difficult to discover, although there is a letter from Bouquet de la Grye requesting the appointment of Hatt and Courrejolles to the mission and giving a brief statement of their qualifications and experience, (Carton 3 etc item 21).

5. The visit of the French frigate Vire in 1873 to prepare a camp-site for the expedition.

I have found no reference to this visit or to a subsequent report, Since the Vire was a naval vessel, I think its records are more likely to be in the Naval Archives, held either in the Archives- Nationales or in the Service Historique de la Marine.

6.Could you please also give me a list of the maps you hold?

1 did not come across any maps of Campbell Island, but have done any research specifically or this point.

7. Do you have any photographs of the 1874 expedition or of visit to Campbell island?

Other missions were photographed but I have not come across any for Campbell Island.

8. Does your academy hold any ships’ logs or journals which cover voyages to Campbell. Island? Between 1810 and 1860, several French whaling ships operated in New Zealand waters.

The non-scientific aspect of the mission, that is the naval records, do not seem to have made their way into the academy's archives. Logs and journals are much more likely to be in the Archives Nationales or in the port of departure. There are certainly whaling logs and reports in the Archives Nationales.
The list of officers on the Vire in 1874 who were of especial assistance to the mission has been included with the list of men on the mission itself. Some of these men were presented with commemorative medallions.

9. Biographical détails and personal stories.

Bouquet de la Grye, Courrejolles and Filhol, at least, became well-known in later years and appear in several French biographical dictionaries. Bouquet and Filhol have personal dossiers at the Académie des Sciences, with portraits (photographs). The men who were in the Navy will have personal dossiers at the Service Historique de la Marine. Biographical research is interesting but fairly long and scattered over several institutions and I have done only a little for this question, mainly on Bouquet, Filhol and Courrejolles.

10. Meeting minutes of the Academy discussing the sending of the expedition and comments of Mr F.E. Raynal : meeting probably held before 1873.

I did not find any reference to this meeting in the Comptes-rendus but have not made a concerted effort to track it down. Further details or references would be helpful if they exist.

 

Summary description of the 6 cartons labelled Passage de Venus.

No catalogue or listing exists of these cartons. The items are therefore without call numbers; in the list I have included, the item numbers are my own, the order being of their storage in the box.
The six cartons concern the Transit of Venus in 1874 and in 1882 and cover all the French missions, north and south. There, is therefore comparatively little material .which concerns Campbell Island specifically.


Carton 1 :the preparations for the missions - mostly scientific material concerning the observations to be made. 1873 and thereabouts. Nothing concerning the visit of the Vire to prepare the camp-site in advance.

Carton 2 : mostly 1882 missions. A useful description of the mission by Bouquet de la Grye. Some useful notes on the personnel chosen for the mission.

Carton 3 : Manuscript notes and reports. One dossier, containing 29 items, may be worth copying, though much of the material has been published in the Comptes-rendus. See enclosed description.

Carton 4 : Almost nothing concerning Campbell Island.

Carton 5 : Expenses and receipts. One dossier concerning the expenses of the Campbell Island mission : 12 items.
Other receipts, especially for astronomical instruments .from a firm called Eichens, some of which concern Campbell Island.

Carton 6 : Technical notes and calculations. Not Campbell Island.

 

Copying

No photocopying is possible. Material can be microfilmed and the work is done by Madame Colomb-Gérard. I enclose her charges for 1982, but Madame Pouret has warned me that they may have increased since then,.

Madame Pouret will arrange the copying, if she is supplied with a list of items to be copied.

My estimate of the cost of microfilming the dossier listed is as follows :

29 items - total of 82 pages (calculated at 1982 rates)
Minimum of 20 30
62 pp @ 2P each 124
Travelling 505-0
Total (without postage) 204 F or approximately $NZ 40

Conclusion

In my opinion the six cartons are not worth copying in their entirety. The dossier labelled 'Bouquet de Grye' is useful and pertinent, although much or the material in it has already been published. I would recommend its copying. The dossier containing the expenses of the Campbell Island expedition is also very interesting although it is more difficult to justify the expense involved in copying it.

The material printed in the Comptes-rendus is useful and interesting but" I feel could be more profitably copied by other means than microfilming. It might be wise to see whether or not they exist in New Zealand before sending to France for a microfilm.

The medal cast in bronze is very attractive and well worth acquiring.

If Mr Judd would like me to undertake further research on this project on his account, I would be prepared and willing to do so.

Isabel 0llivier 21 June 1983

 

 

 

 

Les Archives de l'Académie des Sciences

Passage de Vénus (6 cartons)

Carton 3 : Dossier : M. Bouquet de la Grye; Station de Campbell.

1. Projet de budget Pour la mission à ile Campbell. Signed by Bouquet de la Grye. 22 February 1873. 1 p; 27cm.

2. Projet définitif de budget pour la mission à l'Île Campbell. Signed by Bouquet de la Grye. 6 May 1874. 1p; 31cm.

3. Instruments devant être demandés au Ministere de la Marine et fournis par le dépot des Cartes pour les Stations australes du Passage de Vénus. 1P; 36cm.

4. Composition du Personnel de la Station de l'île CamDbell. 1P; 36cm.

5. Mission de l'île Campbell - small sheet with signatures of Bouquet de la Grye, Hatt, Courrejolles. 1p; 21cm.

6. Lettre de A. Jacquemart au Ministre de l'Instruction publique à Paris. 1 may 1875. Encloses two pages of objects returned to the ministry after the mission. 3pp; 31cm.

7. Lettre de Bouquet de la Grye à M. le Président de la Commission du Passage de Vénus. (M. Dumas) Paris, 8 October 1873. Concerning the huts for the mission.Encloses a receipt 3PP ; 27cm and lp ; 18om.

8. Lettre de Bouquet de la Grye à Dumas. Expenses incurred. written on letterhead paper with the head of Minerva, the (2 pp 27cm symbol of the Académie des Sciences, surrounded by an inscription.

9. Institut de France, Academie des sciences. Extrait des Comptes rendues des séances de l’academis des Sciences, t. LXXX, séance du 22 mars 1875.. Printed. 6pp; 27cmPri@,ited. 6pp; 27cm.

10. Facture des matières et des objets à transporter en France pour être remis au Ministère de l'Instruction Publique (Muséum) provenant de La Mission scientifique du passage de Vénus sur le soleil Station de l’Ile Campbell. 2pp; 40cm.

11. Lettre de Bouquet de la Grye à Dumas. Dunedin (NZ) 6 January 1875. Rapport sur la mission. 8pp; 27cm.

12. Lettre de Bouquet de la Grye à Dumas. 19 February 1875, on board the City of Melbourne. Rapport sur la mission et sur les stations étrangers. 3pp; 27cm.

13. Telegramme de Bouquet de la Grye à Dumas. San Francisco.

15 February 1875. "Venus seen before ingress only no contacts all well."

14. Lettre de Bouquet à Dumas, Iles Campbell. 18 oct. 1874. Report on the setting up of the mission. Détails each hut (11 in all); speaks of the death of Duris and of the illness (typhoid fever) of Mangin. 6pp; 27cm.

15. Plan de l'installation, avec légende. Bouquet de la Grye,

18 Oct 1874. Ink, pencil. and blue pencil. Plan of the village. 1p ; 20x27cm.

16. Sketch of the village. Bouquet, 18 0ct 1874. Pencil. 1p; 20 x 27cm.

17. Note, unsigned, undated. Reports news of the mission given to Dumas. 1p; 16cm.

18. Lettre de Bouquet à idun@as, en rade de Batavia à bord du Jeddah. 29 July 1874. Report on events so far. 3pp; 27cm.

19. Lettre de Bouquet à Dumas. 29 August 1974. Arrivée à Sydney. 1p; 27cm.

20. Note du Président qui accuse réception de la lettre du 29 août. 1p.

21. Lettre de Bouquet à Dumas, Paris. 19 April 1873. Proposes Hatt and Courrejolles for the expedition and gives a résumé of their past service. 1p; 27cm.

22. mission de l'Ile Campbell : Indications pour les Correspondances. Addresses for mail during the voyage. 2pp; 27cm.

23. Bouquet à Dumas. 19 June 1873. Arrival of his packages at Marseilles. 3PP; 27cm.

24. Minute : prix de passage à payer. Bouquet à Dumas (?). Paris. 8 June 1874. 1p; 27cm.

25. Matériel demandé aux services du Ministère de la Marine pour les stations australes du passage de Venus. 4pp; 40cem.

26. Lettre de Bouquet à Dumas. 26 Feb. 1873. Expenses. 3PP; 27cm.

27. Liste de personnel. (5 only) lp; 30cm.

28. Lettre de Bouquet au Ministre de l'Instruction publique. Dunedin (NZ) 6 January 1875. Report on the work of Dr Filhol. 3PP; 27cm.

29. Lettre de Henri Filhol au Ministre de l'Instruction Publique. Dunedin. 8 January 1875. Report on Campbell Island. 7pp; 25cm.

 

La mission de l’ île Campbell

 

Personnel :
Bouquet de la Grye, Jean-Jacques-Anatole
Hatt, Philippe Eugene
Courrejolles, Louis Charles
Filhol, Henri

Maitre:
Kerson, Eugène

Matelots :
De la Tremblais, Eugène-Marie-Antoine
Guerrand, Alphonse Eugene
Cornu, Isidore Etienne
Chantreau, Charles Pierre
Douris, Louis Desiré
Rouilloux, Louis
Lemoan, Jacques Marie
Adolphe, Charles
Mangin, Alfred Eugene
Hennequin

 

Personnes ayant rendu des services à la mission.
Jacquemart(D.M.A.)Capitaine de frégate
Paturel (C.R.) Lieutenant de vaisseau
Swiencki (A.L.A.) Lieutenant de vaisseau
Prompt (ingénieur des Ponts et Chaussees)
D. Ellery (astronome à Melbourne)
S.T.Thompson (Président de l’institut de La province d'Otago)
Major Palmer (Greenwich)
Duchesne de Bellecourt.(consul général)
L' artiste qui a dessiné la medaille : M. Alphée Dubois

L'Etat-major de la Vire (1874) :
Jacquemart Capitaine de fregate
Swiencki Lieutenant de vaisseau
Paturel " "
Rathouir (?) " "
Brichet Enseigne de vaisseau
De Miniac " "
Blin Aide-commissaire
Jenevin Medecin de 2° classe

Gerard Pleynet
June 6th 1995

....

I went 3 times to the Service historique de la Marine, at the Château de Vincennes (that's where your request for information dated 15,03,1994 has been transmitted to, but you never have had any reply).
and
I went once to the Academie des Sciences, Institut de France, that you have been in touch with, through Mrs I Ollivier, and you had a response at a certain stage from Madame Pouret. I met Mme Pouret and although it's been a long time since your last contact, she remembers very well.

I am preparing a full report of these enquiries and I am going to enclose copies of some of the documents I have found. See, one of the problems I encountered while searching, was that I did not know exactly what you already know and what you don't! Because I shure didn't see all the documents you own on the subject. So maybe some of my "discoveries" will be already known by you.

The "Service historique de la Marine" in Paris-Vincennes, does not keep the log books, but only ail the archives related to the maintenance of the "Vire", also during her trip to the Southern Ocean & Campbell Island. Some correspondence of Captain Jacquemart is included as well, but it all relates to the ship and not to the people.

The log books, I was told, were kept in Lorient, the Home-Port of the Vire. I enquired at the "Service historique de la Marine" in Lorient and all my hopes were reduced to nothing when I heard that ail the archives between 1873 and 1939 have been destroyed during the bombing in World War two ! Bad Luck, Norm!

But I found an interesting book in Vincennes of a certain 'Charles Blin, Ancien Aide-Commissaire de la Marine' called " Voyage en Oceanie'. Charles Blin was a member of the crew of the Vire and has writen down his expérience during the trip to the South Seas-including the trips to Campbell Island-from 1873 to 1875. I was not authorised to photocopy the book, but as I had my camera with me, I was able to make some photos of the relevant pages, which I will pass on to you.

At the Academie des Sciences, I went through the 6 Boxes-you have already heard of them-and, l'm not really shure, but maybe there are some details which I found that have not been mentioned before. Especially, the original manuscript letters of Bouquet de la Grye from Campbell Island seemed to be interesting to me, as certain parts have been crossed out and thus might not have appeared on the printed reports. I am not shure if they are on the microfilm you have. Also I found a booklet edited by the 'Marine" called 'Passage de Venus sur le Soleil'. It relates to the different French missions (there have been more than the one to Campbell Island) send to observe the transfer of Venus in 1874, that have been supported in any way-also by providing staff that are listed-by the Marine. I could make photos of those documents.

I did not check through ail the 'Rapports de sessions' nor the personnel file of Bouquet de la Grye etc..., because of lack of time. But I will do it on my next trip to Paris.

You'Il see the details in my next mail to you, but from what I have found, I tend to think that Duris was not a seaman, but either somebody enrolled by the Academie especially for the purpose of this mission-and the preparation thereof-or a staff of the Academie des Sciences. There are some controverses about the home town of Duris (Cherbourg? Paris?): not being a sailor, I think he came from Paris. Just for fun, I checked the Phone book of Paris about this name. There are about 30 Duris listed in there, which is not much for Paris (Paris + Suburb. = 1 0 Million inhabitants). If every route leads to nothing, it might be worth, in the end, to try and call them??

......

 

MARINE NATIONALE
VINCENNES, LE 12 juillet 1995
SERVICE HISTORIQUE

NO 1964/SH/MAR/SAS/NP

Monsieur Stéphane CASTERAN
Ambassade de France à Wellington
1 Willeston St.
PO BOX 1695
WELLINGTON
Nouvelle Zélande)

 

OBJET : Recherches biographiques

REFERENCE : Votre lettre du 20 avril 1995 transmise par le Centre de Traitement de l'information pour les Ressources Humaines de la Marine sous B.E.

N° 511/DEF/DPMM/CTIRH/BMM2/EAM/NP du 27 juin 1995.

P. JOINTE : Une

Monsieur,

Comme suite à votre demande, j'ai l'honneur de vous faire connaître que le Service historique de la Marine à Vincennes conserve le dossier de la "Mission Campbell" sous la cote BB4 1341, dont je cite deux extraits :

" Duris mécanicien, qui avait servi d'aide photographe à Paris, est tombé malade le jour de notre départ de Sidney et il a succombé à l'ile Campbell sous les atteintes de la même maladie" (fièvre typhoïde) - extrait du rapport au Ministre du Chef de la mission du Passage de Vénus à Campbell, du 18 octobre 1874;

"le docteur Filhol ... a soigné tout le personnel et a pu sauver le matelot charpentier Mangin qui était atteint d'une fièvre typhoîde" extrait du rapport au Ministre du Chef de la mission, du 6 janvier 1875.

Il n'a pas été trouvé au Service historique de la Marine de dossiers individuels aux noms de DURIS et MANGIN. Il conviendrait de prendre contact avec les échelons du Service historique de la Marine dans les ports, dont vous trouverez la liste ci-jointe, pour trouver trace de leur inscription dans le port dont relevait leur lieu de naissance.

Le Service historique de la Marine à Vincennes conserve cependant le dossier de l’ingénieur hydrographe Philippe Eugene HATT sous la cote CC7 2éme moderne H1/7 qui ayant survécu à la mission Campbell, a été nomme au grade d’officier de la Légion d’honneur.

 Service historique de la Marine - Château de Vincennes - B.P. n' 2 - 00300 Armées Téléphone : 43.28.81.50 - Télécopieur : 43.28.31.60

Gérard Pleynet
September 2nd

….

1 am glad you received a reply from the Marine Nationale, after all. I will check the file they mention (BB4 1341) at my next trip to Paris.

Here is a more detailed Report as promised, as well as some photographs and photocopies. Please note that there is no right for publishing of the reproductions as such, If needed we should ask (and pay) for a permission at the relevant Authority.

REPORT

Service Historique de la Marine Pavillon de la Reine
Château de Vincennes 94300 Vincennes
B.P, n" 2 - 00300 ARMEES, Archives centrales
Tel. 43. 28. 81. 50 Fox 43. 28. 31. 60

As you con see from the enclosures, (only examples, but I have the whole period of 1873-1875) I could find some documents relating to the vessel "La Vire". But in general, all the documents kept in Vincennes ore of more technical nature about the Vessels (the work thats been done, repairs made, etc.., etc..., from the launching to the end of a ship). As to the Vire, it is interesting to note that the (sailing)ship has been equipped with a steam engine in 18.., before it went for the expedition. There have been some problems especially about the Screw, as you can read from the documents and it even occurred in Perseverance Harbour.

As to the expedition, it appears already at this stage (it will be confirmed later on by Charles Blin's book) that the members of the expedition to Campbell Island did not leave France on the Vire. The Vire left in 1873 for New Caledonia and the Bouquet de la Grye's expedition went on board the ship probably in Sydney, in 1874, This means also that there was no scientist from the Academie on Board the Vire during the first visit to Campbell Island, to prepare the site and garden (see also same account in Blin's book). This explains also why the choice of the site by the Crew of the Vire was not accurate for the number of instruments the scientist wanted to use.

As no log books are kept in Vincennes, I informed where they could be found, as I rekonned that there should be more to discover in there, especially about the 'Passengers" of the expedition and also the people who got ill and as in Duris'case, who died.

I was told that the Vire's log books where kept in Lorient, which sounds obvious as this was the 'Port d'attache' of the vessel, as you also can see from the various annotations enclosed. I informed by phone at the:

Service historique de la Marine
Enclos de la Marine rue de la Cala-Ory 56998 Lorient
Tel. 97. 12, 21. 92. & 97. 12. 17, 32 Fax 97, 12. 21. 57

Unfortunately, as said before, I was told there that all the archives from 1873 to 1939 have been destroyed during the bombing of Lorient in World War two

I went on searching in Vincennes, and I eventually found Charles Blin's book about his journey on the Vire; he describes the whole journey of the vessel, from the date it left Lorient in June 1873 until the end of it's mission in 1875, This covers both trips *to Campbell Island, as Charles Blin was a member of the Marine and not of the Academie des Sciences. (*even the 3 trips, as the Vire didn't stay at Perseverance Harbour for the whole duration of the 1874 expedition, but went back to NZ on 19 November, before returning to Campbell Island for a 3rd time to repatriate the whole party)

I was not authorised  to photocopy the book, but I was granted permission to make photos of the pages I needed: That's what I did the following day,

Academie des Sciences Institut de France
23, Quai de Condé Paris
Service des Archives
Tel. 44. 41. 43. 88, & 44. 41. 43. 85. Madame Pouret

I went there on May, 29th
I asked for the 6 Boxes about the Passage de Venus.
I realised soon that the "Passage de Venus" was a big thing at that time and all nations where trying to watch it. The Academie des Sciences did not send a mission to Campbell Island only, but also to several other places in the southern and northern hemisphere( four in total), see Report of the Marine Nationale on the "Passage de Venus", enclosed ).

Checking through the boxes, especially the one that I. Ollivier had already made on inventory of, took my whole day and I had a train to catch at night.
I asked permission to photograph a few docs, as photocopy, again was not allowed, I enclose the results, although you should have at least some of them on the microfilm.

The "Liste du Personnel de la station de Campbell" mentions all the names and qualification of the people there.

ln Box # 1 I found an interesting booklet edited by the Marine Nationale about the "Passage de Venus sur le soleil". I enclose the photos of it. It gives a report of all 4 Missions to observe the transfer of Venus, and, especially, the Campbell Island Mission.
ln there can be found yet another list of the persons taking part in the missions, mentioning Duris as an "ouvrier mécanicien"
It also includes some comments on the first (1973) trip to Campbell Island.
Duris'death is mentioned on page 26; Interestingly, it says that they left: another seaman, to replace the one that hod died a couple of days before of the fever". So, Duris after all was a Seaman, as supposed in Bouquet de la Grye's list saying that Duris was from Cherbourg.!!!!????

I admit, it is ail a bit confusing!

On my next trip to France,. I will check at the Cherbourg-Archives as Well

 

 

 

Cherbourg, le 9 FEV. 2001

MARINE NATIONALE
Marine Nationale SERVICE HISTORIQUE
Archives et bibliothèque
N°87/01 SHM/C

 

M. Philippe Maréchal
Quartier des Combes
26230 VALAURIE

 

OBJET : recherche généalogique.
REFERENCE : votre e-mail du 14 décembre.

Monsieur,

En réponse à votre courrier cité en référence, j'ai le regret de vous informer que les rôles d'équipage de la Vire ne sont pas déposés à Cherbourg. S'il s'agit du transport construit à Lorient en 1868, je vous suggère d'interroger le Service historique de la Marine de ce port (BP 4 - 56998 Lorient naval)

A toutes fins utiles, vous pourriez contacter également le Service historique de la Marine à Brest (BP 46 - 29240 Brest naval) ; Rochefort (4 me du Port - 17300 Rochefort , Toulon (BP 45 - 83800 Toulon naval) et Vincennes (BP 112 - 00481 Armées) ainsi que l’Académie des sciences (Institut de France - 23 quai de Conti - 75006 Paris).

Les matricules des ouvriers mécaniciens sont en majorité détruites , Louis-Désiré Duris ne figure pas dans les registres des marins du 1er dépôt (sous-série 2M).

 

Recevez, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée.

Béatrice OLIVE

Copie: SHM/C

57 vue de l'Abbaye - BP 31 - 50115 Cherbourg Naval TeL 02 33 92 65 07 - Fax. 02 33 92 80 68

 

Extraits de :

La Marine
Et l’observation du
Passage de Venus
Sur le soleil
(9 décembre 1874)

Extrait de la Revue Maritime et Coloniale

Paris
Berger-Levrault et C°
Editeurs de la Revue maritime et coloniale et de l’annuaire de la Marine

1875

Page 4

des plus importantes expéditions projetées, celles de l’Océan Austral, c’est à dire, les missions destinées à l’île déserte de Saint Paul, à 520 lieues environ dans le sud-est de la Réunion, ainsi qu’à celle de Campbell, à 120 lieues environ dans le sud-est de la Nouvelle-Zélande, à 480 lieues, environ, dans le sud –est de Sydney, et à 700 lieues de la Nouvelle Calédonie.

Les stations boréales de Yokohama et de Pékin étaient réservées à des astronomes de l’Observatoire.

Ainsi, sur quatre stations, deux étaient offertes à la marine, et il faut bien le reconnaître, ces deux stations étaient celles qui, à tous les points de vue, pressentaient les difficultés les plus sérieuses. L’Académie proposa au Ministère de la Marine de confier la mission de Saint Paul à M. Mouchez, capitaine de vaisseau, et celle de Campbell, à M. Bouquet de la Grye, ingénieur hydrographe, assisté de M. le lieutenant de vaisseau de Magnac (M. de Magnac ayant reçu une autre destination a été remplace par M.Courrejoles). Elle demanda en même temps un certain nombre d’ouvriers et de marins pour chacune des quatre stations, 24 chronomètres et, en outre, les lunettes méridiennes dont pourrait disposer le Dépôt de la marine, enfin, les moyens de transport, vivres, objets de campement, etc., nécessaires pour les deux stations australes.

Le Ministre de la Marine ne fit aucune objection à la désignation de MM. Mouchez, Bouquet de la Grye et de Magnac, qu’il mit à la disposition du Ministre de l’instruction publique à partir du 1er janvier 1874, le premier comme chef de la station de Saint-Paul, le second comme chef de la station de Campbell, mais chef scientifique seulement, le commandement militaire devant nécessairement appartenir à l’officier de marine. Les propositions de la commission du passage de Venus relatives au personnel à fournir par la Marine pour accompagner les observateurs de chacune des quatre stations, furent à peu près toutes accueillies sans difficultés.

Le détachement destiné à chaque station fut donc constitue de la manière suivante :
Pour chacune des îles Saint-Paul et Campbell :
2 ajusteurs
5 charpentiers ou forgerons
4 matelots de profession.
Pour Yokohama : 2 ajusteurs.
Pour Pékin 2 ajusteurs .

 

Page 7

Apres les différentes demandes de la commission et les décisions du département de la Marine qui en furent la conséquence, le personnel des autres missions scientifiques, emprunté en grande partie à la marine, se trouva composé de la manière suivante ;

Mission du Japon

Mission de Chine

Mission de l'ile Campbell

MM. Bouquet de la Grye, ingénieur hydrographe, chef de la mission
Courrejolles, Lieutenant de vaisseau, commandant le détachement,
Hatt, ingénieur hydrographe;
Le docteur Filhol, adjoint à la mission, comme naturaliste, par le Département de l'instruction publique;
Kerson, premier maître mécanicien
Duris, ouvrier mécanicien
Hamet, deuxième maître charpentier
Mangin matelot charpentier
Guérand "
Prouilloux, timonier
Dourver, "
Le Moan "
Delatremblais, mécanicien-forgeron:
Comon, voilier:
Chantreau, gabier:
Un boulanger-coq

Page 23

III Mission de Campbell

(M. Bouquet de la Grye, ingénieur hydrographe, chef scientifique de la mission)

La mission de Campbell partit de Marseille, le 21 juin 1874, sur le Sindh, pour se rendre à Sydney par Singapour, Batavia, le détroit de Torrès et la route intérieure le long de la cote d'Australie. Pendant la traversée, aucun incident digne de remarque ne se produisit. MM Hatt et Courejolles dressèrent le catalogue des étoiles que la mission espérait pouvoir observer, et M. Bouquet de la Grye, chef scientifique de la mission, commença ses recherches sur la chloruration de la mer, recherches qu'il a poursuivies avec succès jusqu'à son retour au Havre.

A Batavia, la mission fut accueillie par M.Duchesne de Bellecourt, consul général de France, de la manière la plus gracieuse et la plus empressée. Elle fut également reçue par M. le gouverneur général des Indes néerlandaises et admise à visiter les fameux jardins de Buitenzorg.

La mission s'embarqua à Batavia sur le Jeddah, pour continuer sa route vers Sydney, où elle arriva le 21 août, à 10 heures du soir. Elle etait attendue par un aide de camp qui venait de la part du commodore Goodenough lui faire ses offres de service.

M. Bouquet de la Grye apprit par cet officier que la Vire était mouillée dans le port et que l'arrivée de la mission française avait été signalée par le télégraphe de Brisbane.

La Vire, on s'en souvient, avait reçu l'ordre d'aller prendre les observateurs à Sydney pour les conduire à l'île Campbell. Ce bâtiment avait à bord le matériel dirigé sur Nouméa par l'Orne et par un voilier du port de Bordeaux. Il ne lui restait plus qu'à compléter ses approvisionnements. Cette opération fut terminée le 1 septembre, et , le lendemain, la mission etait en route pour Campbell.

Le 8 septembre, la Vire passait près de l'île d'Auckland, et arrivait le lendemain en vue de Campbell, après une bonne traversée. Le même jour, la mission visita le port du N.E., où elle ne trouva aucun endroit convenable pour son installation. Le 10, elle fixa son choix sur la cote sud de la baie de Persévérance, voisine du mouillage. Le débarquement s'opéra sans difficultés.

Les dimensions des cases à construire avaient été réglées depuis longtemps, de sorte qu'on put immédiatement se mettre à l'œuvre. Une corvée de 16 hommes fournies par l'équipage de la Vire fut adjointe aux dix matelots de la mission. Ce groupe de 26 travailleurs eut à lutter contre les difficultés sans nombre inhérentes à la nature tourbeuse du sol de Campbell et obtint cependant d'appréciables résultats, dès le premier jour, mais au prix d'énergiques efforts, et grâce à un beau temps qui malheureusement ne devait pas se prolonger. Le 11 septembre, en effet, la baie disparaissait sous les brumes épaisses; le vent soufflait avec tant de violence que la Vire, malgré l'abri de la terre, fut obligée de mouiller une deuxième ancre. A 10 heures du matin, le vent faisait rage; le travail est impossible à terre; on travaille à bord aux bois destines aux charpentes des cases qui doivent former le village de Kervénus, ainsi baptisé à l'avance par mes matelots bretons de la Vire. Le soir, le vent semble forcer encore, il souffle en fondre et le thermomètre descend. La mer devient blanche dans la baie, le thermomètre baisse toujours.

Le 12, l'île est couverte de neige, le froid est vif. Cependant les travailleurs se rendent le chantier, cherchent leurs outils sous la neige qui couvre tout, et se remettent à piocher de plus belle dans la tourbe. Bientôt un quai destiné à faciliter le débarquement du matériel de la mission commence à prendre tournure. On pourra accoster à l'extrémité en baleinière, à toute heure de la marée.

Dès le soir de ce même jour, M. Hatt entreprit l'installation de sa lunette méridienne et M. Courrejolles hata, par l'impulsion qu'il donna aux travaux, l'achèvement des déblais de la maison d'habitation. M. Bouquet de la Grye s'occupa, de son coté, à l'installation de la seconde cabane méridienne. Les culminations lunaires étaient indispensables et la pleine lune arrivait le 25 septembre; il s'agissait d'être prêt aux observations avant ce jour-là.

Il fut décidé que l'instrument des passages du Bureau des longitudes serait placé au fond de la baie, sur le bord d'un ruisseau qui s'y jette. De ce point, un bon horizon s'offrait aux observateurs, ainsi qu'une mire naturelle à près de 6 kilomètres dans le Nord.

Le 18 septembre, trois cabanes étaient debout. Le 22, la mission perdait le mécanicien Duris, qui succomba à une fièvre typhoïde.

Le 23, première observation du passage du soleil aux deux lunettes méridiennes, pendant une embellie. Les nuages étaient chargés de neige, le vent soufflait à démâter, la température était très basse avec des variations peu sensibles; le jour, de 2° à 6°, la nuit de 6° à 0°, et c'était toujours la même alternative: pluie, vent, grêle, neige.

Le 26 septembre, nuit splendide. L'atmosphère était d'une pureté parfaite, si parfaite, dit M. Bouquet de la Grye, que dans les lunettes de 8 centimètres d'ouverture, le ciel, par instant, paraissait comme pavé d'étoiles. Les observateurs durèrent toute la nuit et la lune fut prise à sa culmination. Son éclat était tellement vif que l'observateur a du se servir d'un verre coloré pour l'atténuer.

La mission descendit définitivement à terre le 1er octobre et y coucha pour la première fois. La nuit fut terrible; le vent semblait devoir enlever la maison construite avec tant de soins et d'efforts. Un volet de la porte fut arraché et la maison envahie par les eaux.

La nuit du 2 au 3 fut encore plus mauvaise:

A 3 heures et demie, dit M. Bouquet de la Grye dans son rapport au Ministre de la Marine, une bourrasque venant du Sud et prenant la maison du coté du pignon, arrache les pitons qui retenaient la couverture imperméable, et secoue alors la toiture avec des bruits de décharge d'artillerie : tout le monde, car nous étions au complet à terre, court au dehors et avec des cordes s'attelle à cette voile d'un nouveau genre, sous laquelle le vent s'engouffre et nous soulève. La cheminée en tôle est renversée : une cabane, celle qui doit abriter les montres, est soulevée et jeter, sans plus de façon, à l'eau, puis la mer saisit l'à-propos pour venir baigner le devant de notre maison et convertir en marécage l trottoir qui la longe ; heureusement que l'obscurité n'est pas très grande ; chose étrange, l'horizon sud est toujours illuminé en blanc. Seraient-ce des lueurs provenant d'une banquise?

 

Voyage en Océanie
Par
Charles BLIN
Ancien Aide Commissaire de la Marine
Le Mans
LEGUICHEUX-GALLIENNE, Imprimeur, LIB-EDIT
15, rue marchande, et rue bourgeoise, 16
1881

 

Page 287

L’on trouve à l’île Campbell quelques poissons de petite taille qui ressemblent beaucoup au goujon et qui ont assez bonne apparence au premier abord : mais quand on les ouvre on les trouve remplis de vers : il en est de même des intestins du phoque et de ceux de beaucoup d’oiseaux, - Les rats abondent dans toutes les parties de l’île.

2° Voyage

Le 9 septembre 1874, après une traversée splendide depuis Sydney, nous revîmes les sommets de l’île Campbell, et le même jour la Vire reprit son ancien mouillage dans la baie de la Persévérance. – La commission scientifique que nous amenions se composait de deux ingénieurs hydrographes, un lieutenant de vaisseau et un naturaliste.

Ces Messieurs nous apprirent que le rapport adressé à la fin 1873 au ministère de la marine, bien loin par ses termes de leur donner l’espoir de réussir dans le but de leurs prochains travaux, n’avait pu en aucune façon modifier le plan de l’Académie des sciences, qui avait décidé d’une façon absolue que l’expédition de l’île Campbell aurait lieu quand même.

Outre un grand nombre d’instruments nécessaires aux travaux de toute nature que la commission allait entreprendre, nous apportions des cases en bois, dont les planches numérotées devaient être montées à a terre, des le premier jour, le résultat auquel nous devions nous attendre etait démontré. Le terrain, préparé l’année précédente pour l’observatoire, fut jugé de suite insuffisant et mis de coté. Notre jardin, fruit de tant de peines, avait été pillé par les oiseaux, et nous ne recueillîmes qu’une douzaine environ de pommes de terre microscopiques.

Quant aux travaux de la Commission, ils furent commencés dès l’arrivée et poussés avec une activité non interrompue malgré les plus grandes difficultés. L’on ne peut se rendre compte sans en avoir été témoin des peines qu’on a eues à installer les postes d’observation : le terrain a du être préparé ; puis les cases montées, mais à chaque instant la pluie, la neige, le vent venaient interrompre le travail ou détruire ce que l’on avait commencé. En dehors des gros travaux pénibles dans ces conditions, il y avait à visiter tous les instruments, à les monter, quelques rectifications à faire; en un mot, différents détails d’une grande importance, et pour lesquels un homme spécial était nécessaire. Or, quinze jours après notre arrivée, le second maître mécanicien, mourut, et personne ne pouvait le remplacer. MM. Bouquet de la Grye et Hatt durent augmenter leur travail déjà si considérable, de ce supplément de besogne. Quoi qu’il en soit, cinq jours après notre retour à l’île Campbell, c’est à dire le 14 septembre, un observatoire fut installé, et M. Hatt commençait ses observations : en même temps, M. Filhol faisait ses préparatifs pour enrichir plus tard le muséum de Paris de la remarquable et laborieuse collection que ses nombreuses courses dans l’île devaient bientôt lui acquérir ; M. Courrejolles, qui avait été chargé de la photographie, etait complètement prêt à la fin de septembre, et enfin M. Bouquet de la Grye, chef de l’expédition, ne songeant qu’à son devoir, libéral de ses fatigues autant qu’il eut été désireux d’être parcimonieux de celles des autres, si une noble rivalité dans l’accomplissement de leur tache ne l’eut empêché, avait sous la main, au 1er octobre, tous les moyens d ‘atteindre le but qu’il s’était proposé. Les différents postes d’observation étaient à cette époque reliés par un fil télégraphique, de façon que chacun put communiquer, séance tenante, ses propres observations aux autres observateurs. Tout était donc pour le mieux et franchement, après tant de misère et de souffrance, il était juste que tous ces efforts ne fussent pas perdus. Mais la nature a été plus forte que l’homme, et l’expédition de Campbell a échoué dans son but principal. Quelques notes recueillies chaque jour sur les conditions climatologiques, montreront combien était défavorable la situation faite à une commission de ce genre à l’île Campbell.

 
 
 

 

Archives de l'Academie des Sciences

Détails installation de l'expédition sur l'ile de Campbell

... des plus importantes expéditions projetées, celles de l'océan Austral, c'est-à-dire, les missions destinées à l'ile déserte de Saint-Paul, à 520 lieues environ dans le sud-est de la Réunion, ainsi qu'à celle de Campbell, à 120 lieues au sud. de la Nouvelle-Zélande à 480 lieues, environ, dans le sud-est de Sydney, et à 700 lieues de la Nouvelle-Calédonie.
Les stations boréales de Yokohama et de Pékin étaient réservées à des astronomes de l'Observatoire.
Ainsi, sur quatre stations, deux étaient offertes à la marine, et il faut bien le reconnaître, ces deux stations étaient celles qui, à tous les points de vue, présentaient les difficultés les plus sérieuses. L'Académie proposa au Ministre de la Marine de confier la mission de saint Paul à M. Mouchez, capitaine de vaisseau, et celle de Campbell, à M. Bouquet de la Grye, ingénieur. hydrographe, assisté de M. le lieutenant de vaisseau de Magnac. Elle demanda en même temps un certain nombre d'ouvriers et de marins pour chacune des quatre stations, 24 chronomètres et , en outre, les lunettes méridiennes, les instruments météorologiques et les instruments magnétiques dont pourrait disposer le Dépôt de la marine, enfin, les moyens de transport, vivres, objets de campement, etc., nécessaires pour les deux stations australes.
Le Ministre de la Marine ne fit aucune objection à la désignation de ,MM. Mouchez, Bouquet de la Grye et de Magnac (M. de Magnae ayant reçu une autre destination a été remplace par M.Courrejolles ), qu'il mit à la disposition du Ministre de l'instruction publique à partir du 1 janvier 1874, le premier comme chef de la station de Saint-Paul, le second comme chef de la station de Campbell, mais chef scientifique seulement, le commandement militaire devant nécessairement appartenir à l'officier de marine. Les propositions de la commission du passage de Vénus relatives au personnel à fournir par la Marine pour accompagner les observateurs de chacune des quatre stations, furent à peu près toutes accueillies sans difficultés.
Le détachement destiné à chaque station fut donc constitué de la manière suivante :
Pour chacune des îles Saint-Paul et Campbell :
2 ajusteurs.
5 charpentiers au forgerons.
4 matelots de profession.
Pour Yokohama: 2 ajusteurs.
Pour Pékin : 2 -

Carton 1645

en autres :

# Courrier du 29 août 1873
Ministère de la Marine et des Colonies
Versailles
Direction du Personnel
Bureau des équipages de la flotte
1er section
Ref n 2293

Dernières propositions faites par ce service et envoyé à la commission du passage de Venus(Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences)

 Personnel à mettre à la disposition de la commission d’observations du passage de Venus.

Stations Australes

 

 

 

 

 

Ile St Paul

 

 

 

 

 

 

Ile Campbell

Personnel qui partira par les paquebots avec les observateurs aux frais de l’expédition Personnel qui devra être transporté par bâtiment de l’état pour être rendu le 1 août 1874 soit à la Réunion à la Nouvelle Calédonie Personnel à mettre à la disposition soit à la Réunion, soit à la Nouvelle Calédonie du 22 août 1874 au 8 Mars 1875
A compter du 1/1/74 A compter du 1/1/74 A compter du 20 au 25 septembre 1873 Devant se trouver à la disposition de la mission le 1 août 1874 à la Réunion où la Nouvelle Calédonie 4 timoniers
1 ajusteur à envoyer le 1/1/74 chez Eichens à Paris pour y suivre le montage des gros instruments 1 ajusteur à envoyer le 1/1/74 à Paris chez Eichens pour y suivre le montage des instruments 1 quartier maître charpentier à envoyer a Bordeaux du 20 au 25/11 73 pour y suivre le démontage des cases 4 charpentiers
1 ajusteur 1 ajusteur 1 quartier maître charpentier 4 matelots charpentier 4 matelots timonier
2 ajusteurs 5 charpentiers 4 timoniers

Total 11

A partir du 1/1/74 A partir du 1/5/74 Du 28/8/74 au 8/3/75
2 ajusteurs   5 charpentiers ou forgerons   4 matelots
Station septentrionale Il n’en est fait aucune mention dans la nouvelle lettre des secrétaires de l’académie des sciences. A t’on renoncé à l’idée d’adjoindre deux ajusteurs à chacune des missions de Peking et de Yokohama

NP : adresse de Eichens : 77 rue de l'enfer (actuellement boulevard raspail)

# Courrier du 15 Novembre 1873

Le cabinet du Ministere
Bureau Mouvements
Ministere de la Marine et des Colonies

Confirme pour Campbell
2 ajusteurs à partir du 1 janvier 1874
5 charpentiers forgerons ‘a partir de mai 1874
4 matelots de profession du 28 août 1874 au 8 mars 75
et refuse l’affectation d’un cuisinier :
n’est pas dans les compétences de la marine et « il doivent prendre leurs repas sur les bâtiments stationnés en rade des deux îles »

 NP: le cuisinier sera remplace par un coq

Carton 1649

en autres :

contient, en autres, un dossier spécifique à l’expédition de l’ile Campbell (celui inventorié par Isabell ?)

#Projet de Budget 22/02/73
Suppléments pour le quartier maître et les 10 matelots

Voyage aller pour trois ingénieurs de Marseille à Ceylan
Voyage aller pour trois ingénieurs de Ceylan à Sydney
~~~

Idem pour le quartier maître mécanicien (avec budget pour consommation de vin (1 litre) par jour)
~~
Retour direct pour les 3 ingénieurs
~~

# note du 6/5/74

~~
La mission va de Marseille à Batavia par les messageries.
La mission va de Batavia à Sydney par la ligne Anglaise de Brisbane
Le retour en France s’effectuera par Auckland, les Vit, San Francisco et New York. Cette dernière voie est la plus courte que la première mais est impraticable lorsqu’on a de nombreux colis à emporter avec soi.
~~

# Composition du personnel de la station de l’ile Campbell

(=List of Persons set up by Bouquet, where Duris is spellt with »rr » found in Académie des Sciences, carton #3 )


#Un reçu du 7/10/73 d’avance de frais effectue par Bouquet à Hamet et rempli et signe par ce dernier.

#Personnel partant par les paquebots

Bouquet
Hatt
Courejolles
Filhol
Kerson

# Dessin colorié « mission française de l"ile Campbell 18/10/74 Bouquet (repris dans document photocopié)

 # Demande de Récompenses

en autres :

~~~~ ~~~~~~
Kerson Chevalier de la légion d’honneur
  Médaille Militaire
Moury Site de St Paul : accompagne Hamet à Bordeaux
Delatremblays  
~~~~ ~~~~~~

# Journal Officiel du 9/7/75 fait états de ces nominations.

 

Liste distribution médaille du Passage de Venus Décembre 1876.
Médaille de bronze sans inscription
Remis 20 médailles à Bouquet le 17/02/77 (E MAINDRON)

KERSON
DELATREMBLAIS
GUERRAND
CORNOU
CHANTREAU
DOURVER
ROUILLOUX
LEMOEAN
ADOLPHE
MANGIN
HENNEQUIN
JACQUEMART
PATUREL
SWIEUCKI
PROMPT
ELLERY
THOMPSON
PALMIER
DUCHESNE DE BELLECOURT

 

Médaille Commémorative
Mission de Campbell
Personnel Bouquet de la Grye Jean Jacques Anatole

Hatt Philippe Eugène
Courrejolles Louis Charles
Filhol Henri
Maitre Kerson Eugene
Matelots De la Tremblais Eugène Marie Antoine
Guerrand Alphonse Eugène
Cornon Isidore Etienne
Chantreau Charles Pierre
Dourver Louis Désiré (NP Désiré inscrit initialement sous Dourver)
Rouilloux Louis
Lemoan Jacques Marie
Adolphe Charles
Mangin Alfred Eugène
Hennequin

Personnes ayant rendu des services à la mission

Jacquemart DMA capitaine de frégate
Paturel CR lieutenant de vaisseau
Swieucki ALA lieutenant de vaisseau
Prompt Ing des Ponts et Chaisses
J Ellery astronome à Me ;bourne
J.L.Thompson President de l’institut de la province d’Otago
Major Palmer Greenwich
Duchesne de Bellecour Consul General

 

Passage de Venus
Bouquet de la Grye
Station de Campbell

Compte rendu manuscrit de la mission

Documentations trop nombreuses pour être tenu en double ou triple exemplaire.
Nous repartons donc avec nous tous nos documents, nous bornant à laisser au commandant de la Vire un double des registres d’observation astronomiques.

Carton 1650

en autres :

Extraits des comptes rendus du 21 décembre 74 (correspond au manuscrit du 18/10/74 (mentionnent la mort de Duris)

 

 

 

 

 

 

http://www.le-fataliste.fr/blabla/sciences.php/b8-astronomie/b8-venus-1874/

[La Nature, 1874 (2), p. 47] ACADÉMIE DES SCIENCES
Séance du 15 juin 1874. Présidence de M. Bertrand

Passage de Vénus. — Le président signale la présence de H. Bouquet de la Grège, chargé par l'Académie d'aller observer, à l'île Campbell, le passage de Vénus.

La petite caravane que commande ce savant, arrivera à son but vers le 15 septembre et aura par conséquent deux mois et demi pour faire ses préparatifs. L'île Campbell est absolument déserte; il faudra donc que les hardis astronomes trouvent tous leurs secours en eux-mêmes. Ils auront à mettre en pratique les méthodes imaginées par Halley, plus de quatre-vingts ans avant qu'on eût l'occasion de s'en servir ; circonstance qui n'empêcha pas leur immortel auteur de les appliquer au calcul de toutes les particularités du phénomène.

[La Nature, 1875 (1), p. 62] ACADÉMIE DES SCIENCES
Séance du 21 décembre 1874. — Présidence de M. FRÉMY.

Passage de Vénus. — C'est de Pékin, aujourd'hui, que nous viennent les nouvelles concernant le grand phénomène dont le monde savant se préoccupe si vivement. Elles consistent en une dépêche partie de Shangaï , en date du 19, et écrite le jour même des observations, par M. Fleuriais, installé, comme on sait, dans la capitale de l'empire du Milieu. En voici le texte, dans ce style qui n'appartient qu'au télégraphe: " Ciel légèrement brumeux. Observé premier et deuxième contact. Légers ligaments noirs. Vingt photographies. » C'est donc un nouveau succès à enregistrer.

En revanche, M. Dumas donne lecture d'une lettre datée du 18 octobre, et d'où il est permis de conclure que l'île Campbell ne fournira pas des résultats aussi favorables que les précédents. M. Bouquet de la Grye y annonce que la commission du passage est arrivée à destination le 9 septembre. Dès le lendemain, on fit choix d'un emplacement propre au débarquement des 60 tonnes de matériel. En cinq semaines d'un travail opiniâtre et rendu extrêmement difficile par l'inclémence du climat, les installations étaient presque terminées. Les constructions constituent un véritable village de 18 cabanes que nos matelots bretons ont appelés Kervénus, On y voit la maison d'habitation, deux cabanes méridiennes, deux cabanes parallactiques, à coupoles tournantes, une cabane à photographies, une pour les observations magnétiques, un atelier de réparation des instruments, etc. Pour ces divers établissements, il a fallu opérer des déblais considérables : 150 mètres cubes pour la seule maison d'habitation. Jusqu'au 1er octobre les travailleurs ont littéralement vécu dans la boue qui leur venait à mi-jambe, enveloppés dans des tourmentes d'une neige dure comme la grêle. À partir de ce moment, de nouveaux adoucissements ont été acquis chaque jour; les remblais ont fait cesser la boue ; une jetée a rendu les débarquements commodes; mais si les observateurs sont maintenant à l'abri, ce n'est guère, suivant l'expression de M. Bouquet, que pour compter les coups de vent. Sur 40 jours, le ciel n'a été pur qu'une seule fois, et on n'a joui que de deux belles nuits. Si les conditions ne changent pas, l'expédition risque fort, comme on voit, d'aboutir malgré ses énergiques efforts à un échec complet.

[La Nature, 1875 (1), p. 271] ACADÉMIE DES SCIENCES
Séance du 22 mars 1875. — Présidence de M. FRÉMY.

Retour de M. Bouquet de la Grye. — Après avoir manqué de bonheur dans l'observation du passage de Vénus, M. Bouquet de la Grye subit encore la malchance en rentrant dans Paris. Huit jours plus tôt, il bénéficiait d'une véritable ovation, mais M. Mouchez a déjà fait la récolte de tous les applaudissements dont les habitués de l'Institut sont capables. Malgré la bonne volonté du bureau, malgré l'éloquente allocution de M. Frémy, l'assistance reste parfaitement froide.

On sait que M. Bouquet de la Grye a établi son observatoire à l'île Campbell ; il savait, avant de partir, que de ce point les chances de voir le passage étaient très-faibles ; aussi, fut-ce avec joie que les observateurs virent, le malin même du passage, le ciel se débarrasser des brumes qui l'obscurcissaient de façon qu'à midi on put observer le passage du soleil au méridien. À 1 heure les trouées dans les nuages permettent encore d'avoir des images admirablement nettes du soleil, et M. Bouquet de la Grye peut observer Vénus, eu dehors du soleil, sous la forme d'une masse noire à contours cotonneux; mais des nuages dérobent le phénomène du contact et ne s'écartent un moment que lorsque Vénus est déjà parvenue au milieu de sa course sur le soleil. Cette nouvelle éclaircie, pendant laquelle on constate l'absence de toute auréole autour de la planète ne dure que 20 secondes ; le ciel se couvre alors d'une manière définitive. Le malheur des autres console souvent les malheureux : nos compatriotes constatent, avec satisfaction, qu'à la Nouvelle-Zélande les Anglais ont eu la pluie tout le temps, et qu'aux îles Chatan les Américains ont essuyé le même sort. Parmi ses collaborateurs, M. Bouquet de la Grye signale spécialement M. Hatt, neveu de M. Wurtz, et qui a fait preuve d'une persévérance remarquable. Ce jeune savant, qui est présent à la séance, est resté 92 nuits de suite l'œil à la lunette, épiant les étoiles au travers des éclaircies de la calotte de nuages qui le recouvrait. L'expédition, empêchée de faire de l'astronomie, s'est rejetée sur d'autres genres d'observation. On a étudié graphiquement le régime des marées et celui des vents. Le raz de marée et le coup de vent sont des traits normaux de la météorologie de ce singulier pays. L'intensité de la pesanteur a été l'objet d'études spéciales, au moyen d'un pendule à enregistrement électrique. Enfin, de très-nombreuses collections d'histoire naturelle, animaux, végétaux et roches, ont été recueillies et seront prochainement étudiées.

 

[La Nature, 1875, pp. 390-394] Résultats des expéditions françaises,  1875 pp. 390-94

.....  

Les expéditions des îles australes, Campbell et Saint-Paul se trouvaient dans les plus mauvaises conditions atmosphériques. « La commission de l'île Campbell, écrivait M. Bouquet de la Grye à M. Dumas à la date du 18 octobre, y est arrivée le 9 septembre. Dès le lendemain 10, nous avions fait choix d'un emplacement dans la baie de Persévérance, au seul point de l'ile où les conditions astronomiques s'alliaient à certaines facilités pour le débarrassement d'un matériel de 60 tonnes; le même jour, on entamait la terre tourbeuse pour y asseoir nos premières installations:

« Après cinq semaines d'un travail non interrompu elles sont aujourd'hui presque entièrement terminées ; le village qu'elles forment, et que nos matelots bretons ont baptisé du nom de Kervénus, s'étend sur le côté nord-ouest et sud d'une petite anse, au fond de la grande baie de Persévérance. Il se compose de dix-huit maisons, cabanes pour les instruments ou abris divers, répondant du mieux possible aux recommandations de la commission. En voici le détail:

 

  1. Maison d'habitation destinée à loger le personnel, composé de quatre membres de la mission et de dix maîtres ou matelots. Il contient une partie de nos provisions et a, comme accessoires, un second magasin, une cuisine et un four ;
  2. Une cabane méridienne pour la lunette du bureau des longitudes. La lunette est placée sur un massif de maçonnerie, de 3 mètres de hauteur, allant chercher sous la tourbe un terrain relativement solide; cette installation est complétée par un second massif de maçonnerie plus élevé, portant l'objectif de mire, puis une tranchée conduit dans le sud à la mire supportée par quatre madriers enfoncés a refus dans le sol ;
  3. Une cabane parallactiqne, à coupole tournante, pour la lunette de six pouces. Le massif de maçonnerie a 2m,50 de hauteur; des contreforts le contretiennent à l'est et a l'ouest ;
  4. Une cabane pour la lunette méridienne du dépôt de la marine. J'ai profité, pour l'établir, d'un léger relief d'une coulée de lave; ce qui a réduit le massif de maçonnerie, mais a placé d'autre part l'instrument tout à fait sur le bord de la mer. Les conditions de stabilité sont excellentes;
  5. Une cabane parallactique, à coupole tournante, pour la lunette à objectif de 8 pouces ;
  6. Une cabane pour les pendules et chronomètres. On doit y faire des observations d'intensité de la pesanteur; elle est munie, à cet effet, de madriers très-stables, et mise à l'abri des variations de la température, au moyen d'une couverture complète de bruyères, installée comme pour une glacière ;
  7. Une cabane pour la photographie, avec tous ses accessoires ;
  8. Une cabane pour le marégraphe; une installation pour son puits ;
  9. et 10. Deux cabanes pour les observations magnétiques ;
  10. -- ;
  11. Un atelier pour les dissections et les réparations; et enfin une série d'abris pour les animaux destinés à l'alimentation du personnel.

« Ces installations, ajoutait M. Bouquet de la Grye, qui ont demandé des déblais considérables, 150 mètres cubes pour la seule maison d'habitation, ont été poursuivies pendant cinq semaines, quelque ait été le temps, et, il faut l'avouer, l'île Campbell me semble posséder un climat spécial et affreux. Nous avons travaillé jusqu'au 1er octobre, sans abri, dans la boue jusqu'à mi-jambes, sous des tourmentes de neige durcie, ressemblant à de la grêle, ou de la pluie provenant de neige fondue, ne redoutant qu'une chose, la gelée pour nos maçonneries. Puis, grâce à ce coup de collier énergique, chaque jour nous a apporté un adoucissement. Des remblais nous ont préservés de la boue des premiers jours, une jetée a permis l'accostage des embarcations ; mais il est un point devant lequel notre action s'est arrêtée, l'amélioration des conditions climatériques. Nous sommes aujourd'hui à l'abri. Mais c'est pour compter les coups de vent, pour voir qu'ils se succèdent de tous les bords, à de courts intervalles, que le ciel n'a été pur qu'une journée, une seule sur quarante, que nous n'avons encore eu que deux belles nuits. »

Coups de vent, brumes, grêle, neige et pluie paraissent être, en effet, les caractéristiques du climat de l'île Campbell, pendant que l'humidité créée par ces agents, fait pousser une végétation spéciale de bruyères arborescentes, fourrée autant qu'un semis de jeunes bois de pins, et fait accumuler sur le sol, chaque année, un manteau de feuilles formant une couche d'humus de 2 à 4 mètres d'épaisseur. On marche dans Campbell comme dans un fourré, on y enfonce comme dans de la tourbe, et cela jusque très-haut dans la montagne.

Comme on s'y attendait, par toutes ces circonstances, l'observation n'a pu être faite, ce qui peut être considéré comme un vrai malheur pour la science, car il était difficile d'être mieux préparé que ne l'étaient les observateurs de l'île Campbell. Tous les instruments étaient réglés et montés depuis longtemps, et, dans toutes les cases du village, l'électricité circulait, se prêtant à tous les enregistrements.

Il n'y eut qu'une seule petite éclaircie, venue tout exprès pour augmenter les regrets des observateurs.

Mais si les savants de l'île Campbell n'ont pu rapporter de documents relatifs au but de leur mission, ils ont admirablement utilisé leur temps et leur installation pour des études relatives à la physique du globe, aux marées, à l'histoire naturelle, etc. L'un des résultats les plus curieux a été de constater que l'île tremble constamment, même sous la seule influence du choc de la houle.

....

 

site ?

 

 

Archives de la Marine Nationale Vincennes

 

BB4-978

Logs des navires de la marine
(micofilms)

NP : pas de mention directe de la présence de membres de l’expédition vers Campbell

A l’exception de « Nous avons laissé à l’hôpital de Ste Catherine un soldat et un matelot convalescents » : le matelot pouvant être Hamet

 Nouméa, le 20 Juillet 1874

Transport à Vapeur
          ORNE
         
  --
    Commandant
           --
Cabinet Mouvements

Rapport circonstancié sur le voyage de l’Orne de Brest en Calédonie

Monsieur le Ministre

L’Orne a pris armement à Brest le 20 Janvier 1874. L’Embarquement des vivres, du matériel et du chargement s’est fait presque toujours avec beau temps, aussi malgré les jours si courts de cette saison le navire était prêt à aller en rade le 15 février, lorsqu’il a fallu faire des installations dans la batterie basse pour loger les femmes et les enfants que nous recevions l’ordre de transporter à la Nvlle Calédonie.
L’Orne est sorti du port le 24 février, à la marée du soir. Le lendemain matin, après un essai préparatoire de la machine, nous sommes allez régler nos compas à Roscanvel où un coup de vent de S.O. nous a retenus trois jours.
Le 1er Mars nous avons fait les expériences de machine prescrites par l’art. 75 du décret du 8 Mai 1873, le 2 on a embarqué les bagages, et le 3 les passagers sont venus à bord.
Nous avons embarqué à Brest 386 passagers dont 63 femmes et 52 enfants parmi lesquels 25 en bas ages.
Les ouvriers du port n’ont terminé que dans la nuit l’accorage des bagages reçus la veille et formant 180 tonneaux d’encombrement.
Le 4 Mars à 8h du matin j’ai appareillé à la vapeur pour la rade de l’île d’Aix où j’ai mouillé le 5 à midi. Nous avons eu beau temps et calme. J’ai passé par le Toulinguet, le raz de sein, suivi la cote de feu en feu et j’ai pris le pilote vers 8h du matin à 9 ou 10 milles dans l’OSO des Baleines.
Rade de l’île d’Aix : En arrivant sur rade j’ai appris que le convoi destiné à l’Orne ne serait prêt que dans dix ou douze jours. En effet, c’est le 14 Mars au soir que nous avons embarqué 262 condamnés à la transportation provenant du dépôt de l’île de Ré. Le 15, la commission présidée par le Major Général est venue à bord et, le bâtiment ayant été trouvé en état de partir, j’ai demandé en état de partir, j’ai demandé à appareiller de suite.
Nous avons utilisé notre séjour à l’île d’Aix pour mettre de l’ordre, organiser le service et au moment de partir, chacun avait commencé à le caser à bord.
Le 15 Mars à 4 du soir j’ai reçu l’ordre de faire route pour ma destination et, à 51/2, j’ai appareillé à la vapeur avec beau temps petite brise de N.N.O.
J’ai laissé le pilote à 7h par le travers de chassire et fait route à l’O ¼ SO du monde.
De France à Palmas : Il faisait très beau temps et calme, j’ai continué à la vapeur pendant 36 heures pour dégolfer avant les mauvais temps que l’approche de l’équinoxe me faisait craindre. Par le travers du cap Ortégal la brise s’est levée de l’Est et j’ai pu éteindre les feux. Voyant la brise bien établie de la partie de l’est, le baromètre haut et fixe, belle apparence de temps, j’ai contourné le cap Finistère à 30 lieux et fait route directement sur les Canaries.
Nous avons eu très beau temps avec petites bises de la partie du nord. Le vent n’a fraîchi qu’en vue des Canaries où nous sommes arrives le 24, après neuf jours de traversée.
Ne voulant pas aller au mouillage la nuit avec une brise fraîche de l’arrière, j’ai croise tous les huniers en vue du Phare de l’Islote ; au jour, j’ai fait allumer les feux de deux chaudières et, à 8h du matin le 25 Mars, j’ai mouillé sur rade de Palmas.
On nous a donné immédiatement la libre pratique et j’ai pu régler les affaires du ravitaillement dans la journée quoique ce fut la fête de l’Annonciation.
J’ai pris huit bœufs pour remplacer ceux que nous avions consommés depuis le départ, une vache laitière qu’on a laissée au même prix, à cause des enfants que leurs mères pouvaient être obliger de sevrer, et quelques vivres frais.
Je n’ai pas pris d’eau, la citerne était hors de service, du reste elle est fort chère et il était plus économique de nous servir de l’excellent appareil distillatoire que nous avions à bord.
….

… doubler la Tasmanie.
Le 5 juillet à 2h du soir nous relevions le rocher Eddystone au N° du monde ; nous avions pas vu la terre depuis 62 jours, car nous étions passés de nuit et avec mauvais temps au Nord d’Amsterdam. Et je n’avais pas voulu me retarder pour voir la terre. Les montres nous xxxttaient parfaitement.
Bien nous en a pris d’avoir doublé car nous avons eu presqu’ immédiatement un assez fort coup de vent du Sud qui nous eut peut-être un peu gênés avec une cote sous le vent tandis que nous avons pu en profiter pour faire bonne route.
Ce bon vent n’a pas duré et, après quelques bourrasques du N.O. au S.O., nous avons été arrêtés vers le 34° degré par du calme, des orages avec beaucoup de pluie et des petites brises qui variaient de l’E.N.E. au N.N.O. par le Nord.
Les passagers étaient fatigues, nous avions mangé nos derniers bœufs, le pourvoyeur n’avait plus rien, le nombre des malades augmentait, un transporté venait d’être atteint du scorbut, la température qui depuis deux mois variait entre 10 et 14° etait monté subitement au dessus de 20° avec un temps lourd et humide, je pensais que le moment était venu d’utiliser le charbon qui me restait pour franchir cette zone et atteindre les vents de S.E. que j’espérais trouver par 27° ou 28° de lat.
Je mis à la vapeur le 12, mais le temps n’a pas changé , j’ai continué. Et le 16 à 1h du matin j’ai aperçu le feu de l’île Amédée dans le N.E. , j’avais été porté depuis midi de 8 à 10 milles dans cette direction.
Au point du jour j’ai donné dans la passe N. de Bulari, j’ai pris le pilote près de l’île Amédée et, à 8h1/2 du matin, l’Orne a mouillé sur rade de Nouméa après 72 jours de traversée depuis St Catherine. Nous avions 112 jours de mer depuis le départ de l’île d’Aix, et il y avait 135 jours que les passagers avaient embarqué à Brest.
Nous avons eu ni avarie ni accident de mer d’aucune sorte.
Nous avons perdu treize personnes pendant le voyage :

1 Ecrivain de Marine passager M Danican, Philidor
4 Matelots
1 Soldat
2 Passagers civiles
5 Transportes.

Qui ont succombé dans la dernière partie de la traversée et presque tous pendant les quinze derniers jours.
Les femmes et enfants, ces derniers surtout, ont bien mieux supporté le voyage que je n’osais l’espérer et j’ai eu la satisfaction de les débarquer tous à bon port.
Nous avons laissé à l’hôpital de Ste Catherine un soldat et un matelot convalescents.
Ont manqué le départ du bâtiment à Ste Catherine un matelot que j’avais signalé comme déserteur, et un passager civil à la ration pour Nouméa , le M Gosme, Victor, benjamin, fils de Pierre et de Renee Marie l’Hiot, né le 22 février 1855 à Rennes, assez mauvais sujet, parait il, et qui était venu à bord sans bagages. J’en ai avisé le consul.

C’est de là que devait provenir en grande partie l’eau que nous faisions depuis le port de Brest, puisque dés que nous avons été léger en rade de Nouméa, nous n’en avons presque plus fait
Je n’ai pas pris de lest à Nouméa, d ‘abord à cause de la difficulté de loger des pierres dans les fonds du bâtiment à l’arrière ou il n’y a que des soutes à ouvertures très petites et qui sont encore pleines de vivres, nous n’avons guère consommé sauf le vin que ce qui était en dehors, ensuite parce que je suis convaincu que le manque de stabilité qui nous a gênés au commencement du voyage provenait surtout de la surcharge des batteries qui étaient pleines de matériel et de bagages.
J’ai fait réarrimer ce qui restait à bord de façon à mettre les poids aussi bas que possible et sur l’arrière.
Dans cette dernière traversée faite presque toujours au plus près du vent le bâtiment portait bien la toile et avait une marche satisfaisante.
Le matériel du l’Hermitte a du nous donner encore une quarantaine de tonneaux, de cuivre, de filin, de voiles, etc.. etc.. que j’ai fait mettre à fond de cale ; et en résumé je crois que le bâtiment sera dans des de meilleures conditions en partant de Tahiti qu’il ne l’a été depuis le commencement de la campagne.
Malgré tous nos soins les affections typhoïdes qui avaient atteint plusieurs hommes dans la traversée ont continué à le faire sentir pendant la relâche.
J’ai pensé que nous subissions encore les conséquences de l’agglomération précédente et que ces mauvaises influences disparaîtraient bientôt après les causes qui les avaient amenées, Cependant avant d’embarquer un assez grand nombre de convalescents qui nous étaient destinés, j’ai demandé que le bâtiment fut visité par une Commission médicale.
La visite a été faite avec soin et le rapport a constaté qu’il n’existait à bord aucune cause apparente d’insalubrité, que les fonds du navire étaient sec et propres et qu’il ne s’en exhalait aucune mauvaise odeur. La commission a pensé qu’il y avait lieu de démolir les couchettes en bois superposées installées dans les hôpitaux et dont je me plaignais dans mon dernier rapport. Je les ai fait démonter immédiatement.
J’ai reçu à bord quelques objets de matériel provenant du l’Hermitte et apportés par le trois mats allemand le « San-Francisco ».
Mes instructions me prescrivaient de rester à Nouméa de 20 à 25 jours et le départ de l’Orne avait été fixé au 10 août, mais l’Alceste est arrivé le 9 et le gouverneur m’a demandé de rester deux jours de plus pour conduire à l’île des Pins un certain nombre de déportés venus par la frégate.
Les passagers pour France ont été embarques le 10, et le 121 au point du jour l’Orne a appareillé de Nouméa pour conduire à l’île des Pins 165 condamnés à la déportation simple, quelques surveillants avec leurs familles, des bagages et un peu de matériel.

 

Série BB4-1341

Mouvements de la flotte
Minutes et lettres reçues 1869 -1874
Dossier du Passage de Vénus sur le soleil 1874

Station de l'île Campbell
M. Bouquet de la Grye, ingénieur hydrographe, chef
Composition du personnel et dates d'envoi proposées
Dépêche du 15 Sbre 1873

Ajusteurs à partir du 1°(?)janvier 1874 1

1

Kerson, 1°maître mécanicien à Cherbourg (réserve)…………..

Duris, ouvrier mécanicien……..id……………id………………

A faire diriger immédiatement sur Paris  
    Dés que ces marins auront fini de suivre le démontage des instruments chez Eichens, ils seront envoyés dans un port pour y être tenu en réserve.

L'un d'eux partira avec M. Bouquet de la Grye aux frais de la Commission.

L'autre partira avec le reste du personnel désigné ci-après par le transport partant le 1° mars pour la Nouvelle Calédonie.

   
Charpentier ou forgeron 1 Hamet, Q-maître charpentier - déjà envoyé à Bordeaux où il a assisté au démontage des cases. Retourné à Rochefort où il est réservé.    

 

 

 

 

 

Partiront par le transport du 1°mars pour la Nouvelle Calédonie

  1

1

Mangin, Alfred, matelot charpentier sur le bâtiment central de la réserve à Cherbourg.

Guérand, Alphonse, mlot charpentier sur la Surveillante en réserve à Cherbourg.

A faire immédiatement réserver
  1

1

1 ouvrier mécanicien forgeron

1 voilier

A faire choisir immédiatement à Rochefort et à tenir en réserve
Matelot de profession du 28 aôut 1874 au 8 mars 1875 1

1

1

Prouilloux, timonier breveté à Toulon

Dourver, Louis………………………..

Le Moan, François…………………….

A faire réserver immédiatement
  1

1

1 gabier breveté à faire choisir et réserver à Rochefort

1 boulanger - coq (en remplacement du cuisinier refusé).

 
Off.miers & ….marins = 12      
Pas de médecin 1 médecin ( au choix et aux frais de la marine qui a proposé son adjonction). La désignation de l'envoi de ce médecin concerne le Bureau des corps entretenus  
Monsieur l'ingénieur Bouquet de la Grye est le chef de la Mission Scientifique.
M. le lieutenant de vaisseau Courrejolles, chef militaire assure le commandement sur tout
Le personnel attaché à la mission.

Lettrage gris : annotation au crayon sans doute postérieures au document

 

 

Extrait de la lettre de Bouquet de la Grye au ministre de la Marine datée du 18octobre 1874, à rapprocher de la lettre rédigée à la même date et envoyée à l'académie des sciences:

…….
Il y a pourtant un coté plus sombre encore de notre mission que les aléas de l'île Campbell; sur un personnel de 12 maîtres ou matelots l'un des maîtres Hamet a été laissé en Nouvelle Calédonie par la Vire; il était atteint d'une fièvre typhoïde contractée à bord de l'Orne.

Duris mécanicien qui avait servi d'aide photographe à Paris est tombé malade le jour de notre départ de Sydney et il a succombé à l'île Campbell sous les atteintes de la même maladie; enfin un troisième homme de notre personnel Mangin matelot charpentier est aussi atteint depuis le jour de notre installation à terre encore d'une fièvre typhoïde, il est soigné à terre et on a de grandes chances de le sauver.
……….

 

 

BB4-1396 ? Lettres des Commandants à la mer. La Vire, Mois de 8 et 9

Contient un ensemble de renseignements recueillies par les navires de la Marine
Sur un imprime de la Marine et des colonies. 2eme Bureau. Mouvements de la flotte

Renseignements politiques Renseignements Nautiques Renseignements Militaires Renseignements Commerciaux
Dunedyne : Excellente disposition en faveur de la France, les allemands quoique peu aimés sont assez bien considères Le vent régnant …. Néant, quelques millier de milices dont la valeur militaire est a peu près nulle. Pas de fortification. Pas même de canon pour répondre à un ~~~. La culture agricole se réduit ….
Ile du Nord

Wellington, mêmes observations, la guerre des Maoris est terminée mais la paix n’est qu’une simple trêve. Les naturels ne sont point soumis et vivent dans une partie de l’île du Nord interdite absolument aux agents du gouvernement

  Il y a 700 hommes de la police armée bien organisée et environ 200 naturels formant une très bonne troupe. La milice de 1385 hommes mais n’a comme les autres provinces, aucune valeur militaire

 

 
Ile du Milieu

Province de Canterbury-Port Lyttleton Pays tout pastoral, peu de français bonne disposition des habitants et du gouvernement pour la France. Mêmes observations pour les Allemands.

  Aucune force militaire. Pas de renseignements précis  
Port d’Akaroa, ancienne colonie française, peuplée aujourd’hui d’anglais et d’allemands. Mêmes observations que précédemment pour la disposition des habitants   Ni fortification ni milice

Nota : le total de la milice pour toute la Nouvelle Zélande est de 6911 hommes actuellement presque désorganisés

 
Statistique de la population Forces navales Renseignements Militaires
Donne les chiffres des différentes villes du pays Néant Le revenu colonial du mois de mars 1874 pendant les 9 mois précédents a été de 1083732 livres sterling dont 75858 provenant de la vente des terres et de la Taxe.

 

BB4-1608

Contient en autres

 

 

 

BB5-177

Suivi des navires (classification orthographique)- Orne

4-3 Port de Brest  
5-3 Sur Rade de l’ile d’AIX  
15-3 Part de Rochefort  
25-3 A Palmas  
26-3 Part de Palmas  
26-4 L’Orne est arrive a St Catherine  
4-5 Part de St Catherine  
16-7 A Nouméa  
    L’Orne a du quitter le 12 août à Taiti en touchant aux Wallis oú elle recueille l’équipage de l’Hermitte.

 

BB5-179

Suivi des navires(classification orthographique)- La Vire

Tout l’hiver et le printemps, La Vire fait la navette dans les parages de la Nouvelle Calédonie et en particulier Nouméa et île des Pins).

Ordre : 23 Juin : Au commandant de la vire. Mon intention est que vous vous mettiez complètement à la disposition de M Bouquet de la Grye. Vous examinerez si vous devez rester à Port Persévérance pendant la mission oú si vous revenez dans un port d’attache de la Nouvelle Zélande. Vers la fin de décembre vous partirez de Campbell pour le Sydney ou Auckland. Puis vous vous rendrez à Tahiti sur le transport (mars) qui vous apportera une hélice de rechange.

9-7 En rade de Nouméa  
3-8 Port de Nouméa  
10-8 Sydney La mission de Bouquet est arrivée le 21 (voir rapport du lieutenant Jacquemart)
19-10 Campbell La mission est installée – j’ai prié le commandant de visiter, pendant la tournée qu’il va faire en Nouvelle Zélande, Christchurch et port Bluff oú sont établies des missions anglaises et américaines (Rapport de Bouquet de la Grye du 18 décembre)
19-10 Quitte Dunedine  
22-10 A Dunedine Je quitte Dunedine le 24 pour Wellington. Je retournerai à Campbell après 1 mois d’absence environ (Rapport du commandant Jacquemart, Otago 24 octobre)
28-10 Quitte Port-Chalmer (Otago)  
30-10 A Willington (rade de Nicholson) ; en part le soir  
30-10 A Lyttleton Le Commandant Jacquemart se rend de cette ville à Christchurch oú il voit le chef de la mission du passage de Venus.
4-11 Quitte Lyttelton et mouille à Akarva le même jour. Akarva est un port magnifique. Il reste encore quelques-uns des français qui s’y fixèrent en 1842  
6-11 Quitte Akarva  
7-11 A port Chalmer (Otago) Je compte faire ici du combustible et d’eau et prendre des bœufs, la fuite de 4 hommes que l’on recherche me retiendra ici jusqu’au 16. Je ferai par suite route directe sur Campbell sans toucher au Bluff ni à Port William (Rapport de C Jacquemart Otago)
16-11 Quitte Port Chalmer  
19-11 A l’île Campbell Une brume intense a empêché toute observation du phénomène
27-12 A Otago La Vire est en parfait état n’ayant que peu souffert dans son calfatage. La Vire montre des qualités nautiques remarquables (Rapport du 9 Janvier 75)
1875
    Le Matériel de Campbell a été vendu à Otago, environ 3300fr (rapport du 9 janvier)
9-1 Quitte Dunedine  
14-1 A Aukland Le 15 j’ai débarqué à Auckland MM Bouquet de la Grye Hall et Courrejolles qui partent le 22 janvier par la malle de San Francisco. J’ai fait des provisions fraîches en prévision d’une traversée de 20 jours d’Aukland à Taiti (Rapport d’Auckland 22 janvier)
23-1 Quitte Auckland pour Taiti (Rapport du 28 mars)  
14-2 A Papeite  

 

Document CC3 1227
Extrait du rapport de Bouquet de la Grye du 19/12/1874 page 1
Extrait du rapport de Bouquet de la Grye du 19/12/1874 page 2
Réponse à la demande de l'Académie du 7/8/73

Paul Duris  

Demande d'état civil
Janvier 1875
Juin 1875
Juin 1875
Juin 1875
Juin 1875
Aout 1875
Octobre 1875 (page 1)
Octobre 1875 (page 2)
Mars 1876 (page 1)
Mars 1876 (page 2)

English

    Résumé chronologique de la correspondance    

Français

English

Genealogy / Généalogie

Français